Faites traduire le contenu de votre site Internet !

Pourquoi devriez-vous faire traduire le contenu de votre site Internet ?

La traduction du contenu de votre site Internet est un investissement potentiellement très rentable. Non seulement la traduction d’un site Internet augmente votre référencement sur les principaux moteurs de recherche, mais lorsqu’elle est effectuée par un professionnel, la traduction de votre site Internet vous fait connaître en tant qu’entreprise sérieuse et digne de confiance. Les nouvelles technologies et un site Internet de qualité vous donnent la possibilité de vous adresser au monde entier à un coût très faible.

Saviez-vous que les internautes préfèrent que l’on s’adresse à eux dans leur langue maternelle ? Common Sense Advisory a publié des études montrant que les consommateurs aiment que l’on s’adresse à eux dans leur langue maternelle. N’oubliez pas que votre public ne se limite pas à vos clients. Les autres parties prenantes apprécieront également cette possibilité de communiquer avec vous dans leur langue maternelle (https://csa-research.com/Blogs-Events/CSA-in-the-Media/Press-Releases/Consumers-Prefer-their-Own-Language).

S’il est évident que la traduction du contenu de votre site Internet et la communication multilingue sont les plus utiles dans le domaine du e-commerce, il est important de savoir que tous les principaux moteurs de recherche peuvent indexer et afficher le contenu de votre site par langue : les clients potentiels effectuant une recherche dans leur langue préférée concernant les produits ou services que vous proposez passeront à côté de votre site s’il n’est pas disponible dans leur langue.

De même, pour le recrutement de nouveaux employés ou la recherche de nouveaux prestataires, vous pouvez faire en sorte que votre entreprise prenne une longueur d’avance en vous adressant à ces parties prenantes potentielles dans leur propre langue.

Enfin, la communication interne avec vos employés – comme le contenu en ligne sur votre Intranet ou les bulletins d’information – doit également être multilingue pour garantir que tout le monde ait accès aux mêmes informations.

Cinq étapes vers la traduction de votre site Internet

Comme pour tout nouveau projet, la préparation est cruciale et c’est d’autant plus vrai lorsque vous vous lancez dans la traduction du contenu de votre site Internet.

Voici cinq étapes utiles à la préparation de la traduction et de la localisation de votre site Internet :

1. Anticiper

Les trois points suivants vous permettront d’anticiper certains aspects inhérents à la traduction de votre site Internet :

Se préparer en amont : comprendre la culture des marchés que vous souhaitez conquérir

Lorsqu’on se lance sur de nouveaux marchés, il est nécessaire de bien appréhender la culture des marchés visés. Votre message, votre marque et votre image doivent être en adéquation avec les nouveaux marchés vers lesquels vous vous orientez.

Le style utilisé dans la langue d’origine pour votre marché national peut être totalement différent du style employé dans un autre marché ; si tel est le cas, votre style doit refléter l’impact que vous souhaitez avoir sur le nouveau marché.

Constituer une équipe

Votre entreprise, comme beaucoup d’autres, génère continuellement du contenu et il est indispensable de veiller à ce que la chaîne de création, de traduction, de localisation et de publication du contenu soit ininterrompue. Il s’agit là d’un travail de longue haleine, et chacun doit comprendre son rôle dans ce processus.

Définir les objectifs

Avant de faire traduire le contenu de votre site Internet, vous devez clairement déterminer les objectifs de la traduction du contenu de votre site Internet. Voici quelques exemples d’objectifs :

  • attirer plus de visiteurs sur votre site Internet
  • accroître la visibilité de la marque sur un ou plusieurs nouveaux marchés
  • augmenter les ventes sur un marché

En apportant une réponse à ces problématiques, vous vous assurez que tout le monde travaille dans le même sens.

2. Concevoir un site Internet qui se prête à la traduction

La structure de votre site Internet doit inclure des paramètres qui en permettent la traduction et surtout la localisation. Certaines langues utilisent plus de caractères que d’autres : par exemple, l’allemand a généralement besoin d’environ 25 % d’espace supplémentaire par rapport à l’anglais. D’autres langues présentent d’autres particularités : certaines langues slaves et de nombreuses langues d’Extrême-Orient utilisent un alphabet différent, et certaines langues comme l’arabe et l’hébreu s’écrivent de droite à gauche et non de gauche à droite.

Quelques éléments, comme les mesures, les dates ou encore les devises, sont également générés automatiquement, indépendamment du contenu. C’est notamment le cas des dates de création et de dernière modification d’un fichier. Votre site Internet doit être conçu de manière à pouvoir afficher ces éléments dans le format local du public visé.

La capacité à gérer les métadonnées localisées, telles que les URL, les titres des pages web apparaissant dans la zone de titre de l’onglet de votre navigateur, les noms et le texte alternatif des images, est un autre facteur dont vous devez tenir compte lors de la conception. Ces éléments sont souvent oubliés, aussi bien lors de l’analyse de la conformité de votre conception aux normes actuelles du web, que dans la traduction de ces éléments eux-mêmes, ce qui affecte négativement la visibilité de votre site Internet.

3. Définir le processus de création des contenus

La localisation et la traduction de votre site Internet forment un processus continu : le contenu est créé, les mises à jour sont effectuées et les communications sont diffusées. Il s’agira de décider si les ajouts ou les mises à jour de contenu sont destinés à l’ensemble des marchés ou à quelques marchés seulement, et de publier les mêmes informations sur tous les marchés concernés en même temps. Cela exige un processus efficace qui réduise au minimum le délai entre la création et la publication éventuelle de votre contenu.

Vous devez envisager la traduction et la localisation de votre site Internet comme un marathon, pas un sprint !

4. Définir les indicateurs clés de performance

Dans le cadre de la stratégie d’élaboration du contenu de votre site Internet, vous devez définir des indicateurs clés de performance (KPI) afin de contrôler l’efficacité de la traduction et de la localisation de votre site. Quels sont les objectifs, vers quoi souhaitez-vous évoluer et quels sont les points que vous voulez mesurer ? Voici quelques idées :

  • le nombre de visites en fonction de la langue ou du marché
  • les chiffres de vente de votre site Internet localisé
  • la part de marché de chaque marché ciblé selon la satisfaction du client

Les possibilités sont infinies, il est donc important de se concentrer spécifiquement sur les points que vous souhaitez mesurer dans le temps. Avec des informations précises, vous pouvez voir ce qui fonctionne bien et ce qui ne fonctionne pas et vous pouvez prendre des mesures correctives en temps utile.

5. Définir les processus de traduction et de localisation

Lorsque vous définissez les processus de traduction et de localisation qui seront mis en œuvre pour la traduction de votre site Internet, il convient de :

–              Peser le pour et le contre de Google Translate/DeepL par rapport à la traduction humaine

–              Déterminer la manière dont votre entreprise s’exprime dans la langue étrangère ciblée

–              Intégrer des techniques de référencement (SEO)

–              Inclure des métadonnées

Peser le pour et le contre de Google Translate/DeepL par rapport à la traduction humaine

Le processus de traduction d’un site Internet est varié, avec d’un côté la traduction effectuée par un traducteur professionnel, nécessitant un investissement important en termes de travail, et la traduction automatique de l’autre côté, effectuée par des moteurs de traduction automatique tels que Google Translate ou DeepL, sans révision. Entre ces deux options, de nombreuses combinaisons et permutations sont possibles.

Le choix de la méthode la plus efficace pour traduire et localiser votre site Internet dépend du type de contenu, du public cible et de la fréquence de mise à jour du contenu. Il est évident que la traduction d’un contenu web qui n’apparaît que pendant quelques heures ne sera pas traitée de la même manière que la traduction d’un contenu web qui reste stable pendant plusieurs années, par exemple une page de renvoi. Votre fournisseur de services de traduction peut vous conseiller à ce sujet.

Déterminer la manière dont votre entreprise s’exprime dans la langue étrangère ciblée

Le ton du contenu traduit sur votre site doit être approprié et respecter les codes de la langue étrangère ciblée. En effet, votre site Internet traduit sera fréquemment utilisé sur un marché où votre position n’est pas aussi forte que sur votre marché national. Par conséquent, il sera important de déterminer si le ton et la voix que vous employez sur votre marché national sont en phase avec les nouveaux marchés que vous souhaitez cibler et de préparer un guide de style afin de définir l’impression que vous cherchez à donner et la façon dont vous désirez attirer ces nouveaux marchés en termes de culture et de langue.

Intégrer des techniques de référencement SEO

Le SEO ne se limite pas au contenu rédigé pour votre marché national ; le SEO multilingue est donc un investissement non négligeable. Si vous accordez de l’attention aux mots-clés couramment utilisés sur votre marché national, vous devez également en faire autant en ce qui concerne les mots-clés de la région que vous ciblez spécifiquement : par exemple, ce qui fonctionne pour les néerlandophones des Pays-Bas ne fonctionne pas nécessairement pour les néerlandophones de Belgique. Il est donc important de tenir compte des variantes linguistiques.

Par ailleurs, les mots-clés évoluent dans le temps et doivent être mis à jour : la recherche de mots-clés est un processus continu, et pas seulement une étape préparatoire.

Inclure des métadonnées

Le processus de traduction et de localisation doit également inclure l’analyse, la traduction et la localisation des métadonnées. Les métadonnées – description d’une page web, structure d’un site Internet, etc. – sont des informations présentes sur votre site Internet à destination des moteurs de recherche, mais qui ne sont pas visibles pour les visiteurs. Ces éléments peuvent être facilement oubliés au cours du processus de traduction et de localisation, c’est pourquoi il est important de les y intégrer dès le départ.

Localisation des sites Internet : les aspects techniques à prendre en compte

Outre les aspects linguistiques abordés dans la section précédente, certains aspects techniques doivent être pris en compte lors du développement d’un site Internet multilingue.

Avant toute chose, il convient de recourir à un système de gestion de contenu web (désigné le plus souvent par l’acronyme anglais WCMS et parfois par SGCW, sa traduction française) qui prend en charge le multilinguisme ! Il n’est pas souhaitable de mettre en place des hébergements dédiés ou virtuels distincts pour chaque région cible, car cela entraînerait non seulement une augmentation des coûts d’hébergement, mais aussi une gestion désordonnée du contenu de votre site Internet. Heureusement, de nombreux systèmes de gestion de contenu populaires, tels que WordPress ou Drupal, prennent en charge plusieurs langues, soit directement, soit via un plug-in.

Une fois que vous avez choisi le WCMS qui convient à vos besoins et que vous avez ajouté le contenu dans la langue de votre marché d’origine, il vous faudra vous pencher sur la question suivante : comment transmettre le contenu web du back-end de votre WCMS à votre prestataire de services de localisation ? Et comment réintégrer la traduction dans le back-end de votre WCMS ? Certaines des méthodes pour y parvenir sont examinées ci-dessous :

Le copier-coller

À première vue, la solution la plus simple consiste à copier et coller votre contenu depuis le back-end de votre WCMS dans un document Word et à faire traduire ce document Word. Une fois la traduction du site Internet terminée, le contenu est copié à partir du document Word et collé à l’endroit approprié dans le back-end de votre WCMS.

Bien que cette solution puisse sembler simple, elle n’est pas la plus efficace, car vous serez confronté aux problèmes suivants :

  1. C’est une solution chronophage

Bien que le front-end présente votre contenu sous la forme de longues pages uniques, celui-ci peut être divisé en une multitude de fragments dans le back-end. Parcourir deux fois tous ces éléments de contenu, une fois pour extraire le contenu et une autre fois pour incorporer la traduction, peut prendre des heures, voire des jours.

  1. Le risque de passer à côté de certains contenus augmente

Si votre contenu est en effet fractionné en une multitude d’éléments, il est facile de passer à côté de certains d’entre eux lors de l’envoi ou de l’incorporation de la traduction.

  1. Le formatage peut être perdu

En général, le contenu du back-end de votre WCMS contient des informations relatives au formatage appliqué au niveau des caractères ou paragraphes, comme des mots en gras ou en italique, des listes numérotées ou à puces et des titres. Ces informations peuvent se perdre lors des opérations de copier-coller et le formatage doit donc être réappliqué à la traduction.

  1. Le risque de polluer le texte traduit augmente

Certains caractères spéciaux utilisés dans les langues d’Europe centrale peuvent sembler corrects dans un document Word, mais ils peuvent être corrompus dans le back-end de votre WCMS une fois l’opération de copier-coller effectuée.

Utiliser un WCMS avec des fonctionnalités d’exportation et d’importation

Une meilleure solution consiste à automatiser le processus autant que possible afin de réduire l’intervention manuelle au strict minimum, par exemple en utilisant un WCMS qui dispose d’une fonctionnalité d’exportation et d’importation de son contenu. En général, un WCMS est capable d’exporter le contenu vers un format structuré – CSV ou XLSX, par exemple.

Ces formats peuvent être facilement traités par les outils de traduction standard utilisés par l’agence de traduction avec laquelle vous choisissez de travailler. Cela signifie que vous recevrez les traductions dans le même format, afin qu’elles puissent être facilement réimportées dans votre WCMS. Cette méthode élimine d’emblée les deux premiers problèmes de la méthode copier-coller : il n’y a pas de perte de temps et le risque de passer à côté de contenus à traduire est considérablement réduit.

Utiliser un plug-in

Vous pouvez aller plus loin : il existe des plug-ins permettant d’étendre la fonctionnalité du back-end de votre WCMS avec un système de gestion des traductions. Par exemple, le plug-in TMGMT (https://www.drupal.org/project/tmgmt) ajoute ce type de fonctionnalité à Drupal, tout comme le plug-in WPML (https://wpml.org/) pour WordPress.

Les plug-ins résolvent également les deux derniers problèmes de la méthode copier-coller : vous pourrez voir l’état de la traduction de votre contenu, soit à côté de l’élément de contenu lui-même, soit sur un tableau de bord présentant un résumé de tous les contenus et de leur état de traduction. Vous verrez également quand le contenu a été mis à jour : le système vous indiquera que la traduction est périmée. Ces plug-ins permettent généralement d’exporter votre contenu au format XLIFF (= format de fichier XML pour l’échange de données de localisation) pour l’envoyer à votre fournisseur de traduction : ce format garantit que tout le formatage de votre contenu est conservé et qu’aucune corruption de caractères ne se produira.

Connectez le système de gestion de la traduction de votre WCMS avec le business manager de votre fournisseur de traduction

Choisissez un fournisseur de traduction dont le système est compatible avec le vôtre

Pour obtenir des résultats encore meilleurs, vous pouvez relier le système de gestion des traductions de votre WCMS directement au business manager (système de gestion commerciale) de votre fournisseur de traductions à l’aide des API des deux systèmes. En ce faisant, vous aurez la possibilité d’envoyer vos contenus à l’agence de traduction en un seul clic, sans avoir à passer par la case « email avec pièce jointe ». L’agence de traduction recevra immédiatement la demande de traduction, et le statut de cette traduction dans le système du fournisseur pourra être synchronisé avec le statut indiqué par le système de gestion de traductions de votre WCMS. C’est la solution de traduction et localisation des sites Internet par excellence : un seul système – votre WCMS – vous permet de créer des contenus, gérer vos traductions et échanger avec votre prestataire de traduction.

Faites traduire votre site Internet à l’aide d’un proxy de traduction

Plusieurs raisons peuvent expliquer le fait que vous ne souhaitez pas (ou ne pouvez pas) intégrer la traduction du contenu de votre site Internet à votre WCMS :

  • Votre WCMS ne propose pas de multilinguisme, ou ne dispose pas de fonctionnalités d’exportation et d’importation, et vous souhaitez éviter de perdre du temps dans des opérations de copier-coller.
  • Vous souhaitez tester la réaction initiale d’un nouveau marché au contenu de votre site Internet, avant d’investir dans l’intégration complète de la traduction dans votre WCMS.
  • Pour des raisons de sécurité ou de performances, vous ne souhaitez pas exposer votre site principal aux flux générés par un nouveau marché.

Heureusement, il existe une solution : il vous suffit de contacter votre agence de traduction pour mettre en place un proxy de traduction. Grâce à un logiciel spécialisé, toutes les pages de votre site Internet seront passées au crible afin de détecter tout contenu à traduire. La traduction des contenus est soit effectuée au préalable par un traducteur humain et stockée dans une base de données – une mémoire de traduction – soit générée instantanément par des moteurs de traduction automatique tels que Google Translate ou DeepL.

Lorsqu’un visiteur demande à voir le contenu de votre site Internet principal dans une autre langue, sa demande est envoyée au proxy de traduction, qui lui sert la page demandée en remplaçant tout le contenu de la langue source par sa traduction, soit par des traductions humaines provenant de la base de données de traduction, soit par des traductions automatiques provenant du moteur de traduction automatique.

Ce proxy de traduction effectuera également un balayage régulier des pages de votre site Internet afin de détecter les nouveaux contenus et de les envoyer à votre fournisseur de traduction pour les faire traduire. Ceci garantit que la base de données des traductions contient toujours les traductions de la totalité des contenus de votre site. Pour combler le décalage – bien que court – entre la découverte d’un nouveau contenu et sa traduction humaine, votre fournisseur de traduction peut mettre en place une solution associant une mémoire de traduction pour le contenu déjà traduit à un moteur de traduction automatique pour le contenu nouvellement découvert. Choisissez judicieusement votre agence de traduction : la plupart d’entre elles fournissent des services de traduction professionnelle, qu’il s’agisse de traductions humaines ou de traductions automatiques (Google Translate, etc.), mais seules les plus expérimentées pourront élaborer un moteur formé sur votre contenu.

Un proxy de traduction est un moyen rapide et économique de diffuser le contenu de votre site Internet sur un nouveau marché, sans avoir à vous soucier des problèmes de performance ou de sécurité sur le serveur d’hébergement principal utilisé pour vos marchés bien établis.

Localisation des sites Internet : Quelques dernières astuces

Après avoir traité les aspects linguistiques et techniques du processus de traduction, nous aimerions conclure cet article par trois autres conseils et astuces, souvent oubliés, mais très importants.

  1. La question de savoir comment faire référence à la langue cible dans l’URL d’un site Internet localisé fait l’objet d’un débat permanent : faut-il l’ajouter comme une sous-section de votre site web (www.votredomaine.com/fr/) ou comme un sous-domaine (fr.domaine.com) ? Les deux ont des avantages et des inconvénients, mais la meilleure option consiste, en réalité, à donner à chaque marché cible son propre domaine : www.domaine.com pour votre site Internet aux États-Unis et dans le monde entier, et www.domaine.fr pour votre site Internet destiné au marché français.
  2. Faites un audit complet de votre site Internet ! Non seulement avant la traduction, pour vérifier si tous les liens internes et externes fonctionnent, si vos formulaires et boutons font ce qu’ils sont censés faire et si votre contenu est exempt d’erreurs linguistiques, mais aussi après la traduction, pour vérifier que vos pages traduites restent pleinement fonctionnelles et pour trouver les derniers éléments de contenu qui n’ont pas été traduits – car même les meilleurs WCMS sont personnalisés par des concepteurs qui n’ont d’autre choix que d’intégrer une chaîne de texte directement dans le code au lieu de la rendre accessible via le back-end de votre WCMS.
  3. Un site Internet est une entité dynamique : du nouveau contenu sera ajouté en permanence. Bien que votre prestataire de services de traduction travaille avec vous à la mise en place d’un processus visant à ce que le nouveau contenu soit traduit le plus rapidement possible, il ne faut pas commettre l’erreur de diffuser le contenu qui n’a pas encore été traduit dans les sections de la langue cible. Une page affichée en plusieurs langues crée non seulement une impression de désordre dans l’esprit de votre visiteur, mais elle est également moins bien référencée par la plupart des moteurs de recherche.

Prêt à discuter de votre projet de traduction de contenus Internet avec Lexitech ? Contactez-nous pour découvrir notre gamme complète de services de traduction de sites web !